C'est en 1974 et à l'initiative de José-Eddy Lantin, que les deux anciennes troupes théâtrales furent réunies. 
Les anciens du "CASINO DE LAMINE" dont on retrouve des traces en 1933 et ceux de la troupe "LES AMIS DEL DJOYE" de Remicourt se réunirent pour former le "Centre Dramatique Dialectal de Remicourt"

1) Lès Amis dèl djôye de Remicourt

Nous avons retrouvé un programme apportant la preuve de leur présence au sein des «Amis dèl djôye» interprétant l'opérette à grand succès «A vos ordres ... Mam' le» de Paul Depas, en la salle Delisse-Mignolet, emplacement de l'actuel centre culturel, le dimanche 22 avril 1951 , en matinée et soirée. 

Le spectacle était organisé au profit des oeuvres des anciens prisonniers de guerre. Mimie Jeanfils tenait le rôle vedette et Henri Bronckart assurait la direction musicale accompagné notamment de Francis Delisse à la batterie. La régie et la mise en sne étaient assurées par Alphonse Nollomont, du Trianon de Liège. Que de souvenirs!!!


José - Eddy LANTIN

Dans le même spectacle on retrouvait en compagnie des frères LANTIN, des noms connus: Clément RenardJoseph Renard, Désiré Jeanfils , Joseph Franck, Julien Thibeau, Joseph Pirotte, Marie-Louise Lenoir et Alice Adam.

Mais d'autres acteurs se distinguèrent avec succès au sein de la troupe sous la houlette du Président Joseph Derwa : Blanche Nollomont, Nicole Jamart, Thérèse Macors, Joseph Pirotte, Arthur Rigo, Joseph Lantin, Andrée Jonxis, Maria et Monique Pomeli, Maria Petitjean, René Schoenaers, Jules Kindermans, Gaston Bonnechère, Jean-Louis Peeters, Germaine Warnotte, Jacqueline Derwa, Alphonse Docquier, Joseph Hutois, Betty Defour, Aline Désir, Louisa M oesse, Anne-Marie Renard, Nicolas Monfort, Roger Hutois, Casimira Hoyka, Marcelle Docquier, Alice Roux, Henri Michaux ....

Le maquilleur de la troupe était Léon Jeanfils, et le décorateur Joseph Pirotte. Joseph Sior fut chef. d'orchestre avant Henri Bronckart.

La société «lès Amis dèl djôye» fut certainement une continuation de l'ancien Cercle Dramatique «l' Essor», qui avait déjà son local avant guerre en la salle Marchal-Sior, prédécesseur de la famille Delisse.


2) Le Casino de Lamine

D'un naturel exceptionnel, comique et fantaisiste, José, l'artiste, prit du galon et on le retrouva à la tête du cercle «Gaieté et Charité» de Haneffe comme «mêsse dèl djowe», tout en faisant partie de la dramatique «Casino» de Lamine qui allait célébrer le 25ème anniversaire de son existence en 1958, par la revue à grand spectacle écrite par son frère Marcel: « La ... Mine en joie», arrangement musical d'Emile Vandevenne, le virtuose de l'accordéon, mise en scène, régie et chorégraphie d'Edmond Torchet, un autre pensionnaire du «Trianon» de Liège.

Au programme, on trouvait la photo et le curriculum vitae de l'auteur, Marcel, qui avait quitté Remicourt pour aller exercer ses fonctions d'enseignant à la ville de Seraing, mais aussi les noms de François Bairin, Alice Adam, Denise Collinet, Marcel Florkin, Mimie Masset, Renée Bure, Alphonse Halleux, Mariette Collinet, Alfred Appeltans et Maurice Lacroix. Ce dernier allait réaliser par la suite une prestigieuse carrière de comédien. 
Mais la troupe existait déjà bien avant la guerre.
Après une interruption provoquée par le conflit, elle reprit ses activités en 1942, à l'initiative de Jean Bairin, dans le but d'entretenir le moral d'une population plongée dans les affres de l'occupation.
Parmi les acteurs on retrouvaitIrène Gillet, Joseph Vandensavel, Jule Kinet , Constant Kinet, Gaston Bonnechère, Hubert Petry, Joseph Petitjean, Henri Petitjean, Raymonde Petitjean, Albert Fraikin, Marie Vanderbise, Renée Charlier, Marie- Josée Mangon, Elie Pirard, Emile Tollet, Jeanne Bairin, Alphonse Petry, Fernand Petry, Félicien Salles, Josée Cornet, Denise Godechal, René Maillard, Maurice Otte

«Quéne afêre a Lamène» 
où la troupe donna quatre représentations en la salle Masset-Franck. Ce fut un réel succès.

Des représentations eurent lieu à la salle Vanderbemden-Franck, rue du Frenay, ainsi qu'à la salle Wery, rue de Hodeige, tenu à l'époque par Hubert Dengis, le forgeron de Pousset, et son épouse Georgette Wery. Eune et Elisabeth Masset-Franck leur succéderont peu après.

Parmi les souvenirs restés en mémoire des anciens, deux comédies d'actualité à Lamine qui venait de vivre les sanglants combats de la libération: «Al Blanke cinse», un drame ayant la guerre pour thème et «Li Molin dèl liberté», où Adrien Pirard interprétait un émouvant «Simplet», victime de la fureur guerrière. Parmi les figurants, un soldat américain de race noire brandissait, au final, la bannière étoilée.

 

En 1953, la société prit un nouveau départ sous la direction du talentueux Edmond Torchet, et quelques jeunes recrues vinrent étoffer la troupe présidée par Albert Billen: Hubert Petitjean, Malou Rome, Gaston Berger, Mimie Pirard, Lambert Rome, Marcel Cornet, Léon Froidcoeur, Paulette Delhalle, Emile Salles, Thérèse Macors, François et Alfred Rose, Monique Pomeli, Yvonne Robert, Mimie Sior, Lambert Nossent, Josée Halleux, Jean Maquoi, Fernand Petry, Paula Croes, ...

Messieurs Sévenants (avant guerre), Henrotte et Torchet ont été les principaux metteurs en scène.

A la technique on retrouvait : Jean Salon, Emile Libon, Alphonse Petry et Pierre Delooz.

Les décors étaient réalisés par Louis Hougardy et René Maillard.

Les chefs d'orchestre furent successivement Joseph Scior et Emile Vandevenne.

Parmi les musiciens on retrouvait Oscar Wery à la trompette, Jules Wery, Alex Moisse au saxophone, Désiré Sior à la batterie, ainsi que Fernand Lefèbvre et Emile Appeltans. Lambert Masset était dans le trou du souffleur.

«Le Casino» se produisait régulièrement en dehors de Lamine, notamment par un spectacle de cabaret Franco-Wallon intitulé «lès djoyeus râskignoûs».Que de souvenirs aussi chez Eugène et Babette, les tenanciers du local, dont on emportait régulièrement le mobilier pour meubler la scène.

A la fin de la répétition générale on allait chercher des harengs à la coopérative toute proche, pendant que Babette cuisait des frites pour tous, le repas étant évidemment bien arrosé!

Il arrivait aussi qu'Emile Vandevenne entraîne tous les joyeux insomniaques au son de son accordéon, dans un crâmignon nocturne dans les rues de Lamine. Ambiance!! Ambiance!!